[Roman #74] Harmonie – Project Itoh (2008)

* Présentation *

Je ne sais plus où j’en avais entendu parler (chez un blogopote très certainement) toujours est-il que j’avais bien envie de lire ce roman japonais. Et c’est avec grand plaisir que j’ai accepté de l’emprunter à Petite Trolle quand elle me l’a proposé (ou alors elle l’avait proposé lors d’un TTBS et je m’étais ruée dessus ? … :3 ).

 

couvHarmonie (Harmony)
De Project Itoh traduit par Christophe CUQ
Aux éditions Panini – 201, 323 pages
Couverture par kras99 – Fotolia.com
Emprunté à Petite Trölle – Première lecture
Ma note : coeur_pleincoeur_pleincoeur_pleincoeur_pleincoeur_moitie génial

 

Résumé : A la suite d’un cataclysme nucléaire qui a presque anéanti l’espèce humaine, l’Utopie a finalement été atteinte grâce à des corps sociaux ultramédicalisés qui s’assurent de la bonne santé de chaque individu, et ce afin de préserver la ressource la plus importante : la vie. Mais dans ce monde homogène, trois jeunes filles, Tuan, Miach et Cian, décident de prendre en main leur destin et de se réapproprier leur existence en détruisant la seule chose qu’elles peuvent atteindre : leur santé. Deux d’entre elles survivront. Quelques années plus tard, Tuan, désormais membre des forces de sécurité de l’Organisation Mondiale de la Santé, doit mener une enquête complexe alors qu’un groupe terroriste menace l’équilibre mondial. Elle va découvrir quelles horreurs se cachent derrière les secrets d’un monde où chacun se doit d’être en bonne santé.

 

« <?Emotion-in-text Markup Language:version=1.2:encoding=EMO-590378?>
<!DOCTYPE etml PUBLIC:-//WENC//DTD ETML 1.2 transitional//FR>
<etml:lang=jp>
<etml:lang=en>
<etml:lang=fr>
<body>

J’ai une histoire à raconter.

<déclaration: calcul
<pls: L’histoire d’une ratée>
<pls: L’histoire d’une lâcheuse>
<eql: Autrement dit, moi.>
</déclaration> »

  

* Mon avis *

Au premier abord, on se demande dans quoi on s’embarque. Ben oui, visez donc la première phrase du livre juste au-dessus ! Mais en fait, tout s’explique. Sisi, je vous jure ! La mise en forme par des balises trouve tout son sens.

Et j’ai trouvé ça super bluffant et imaginatif. Le monde que nous décrit l’auteur, le tout médical avec un coach corporel DANS le corps qui régit la vie de tout le monde avec seuls quelques petits pays résistent encore et toujours à l’envahisseur. C’est un monde froid et déshumanisé que nous rencontrons, car toute émotion doit être maîtrisée et tout le monde doit être satisfait (si t’as un ptit pique de stress ton manager de vie perso connecté te dit quoi prendre et hop !). En fait, c’est un peu la société japonaise poussée à son extrême.
L’harmonie doit régner.
La construction de cette société post apocalyptique (plein de bombes H sont tombées quand même) est très technologique et semble très peu vivante à l’intérieur de ses frontières. Cela ne donne pas du tout envie de s’y rendre, il y a un aspect assez dystopique. Sa description par Tuan Kiri est assez distanciée et froide, et essaimée tout le long du récit.

Mais c’est parce que notre personnage principal ne se plaît pas dans ce monde aseptisé, où l’intimité est un gros mot. Elle ne trouve pas sa place et a d’ailleurs choisi un métier qui lui permet d’échapper un peu à tout ce contrôle et de vivre à la marge. C’est elle qui nous raconte son histoire, comment elle a fait une rencontre qui a changé son regard sur le monde quand elle était pré-ado et comment une enquête sur laquelle elle travaille aujourd’hui va faire remonter des souvenirs de cette période de son enfance. Elle va enquêter sur un suicide de masse (chose considéré comme impossible) et nous la suivons et petit à petit nous découvrons ce qui cloche dans cette société parfaite.

J’ai eu parfois l’impression que notre monde pouvait tout à fait prendre le chemin de cette anticipation. Poussée à l’extrême, avec ceux qui abandonnent un peu de leur liberté individuelle (ça ne vous fait pas sonner une petite cloche là ?) pour plus de sécurité. Toutes les informations personnelles sont visibles directement en voyant la personne ! La non prise de décision, et la perte de la conscience personnelle sont aussi abordées. L’apprentissage orienté, l’information également puisque rien ne doit choquer personne. Il y a peut-être aussi une petite critique de la technologie implantée pour « augmenter » l’humain ?

La fin est surprenante et m’a beaucoup plût mais je ne peux pas en dire plus car elle révèle un aspect de l’intrigue ! En tout cas, cette fin est assez osée par rapport à ce que nous lisons/voyons d’habitude et ça fait un bien fou. Je suis donc bien contente d’avoir emprunté ce livre et j’espère que vous serez tenter de le lire vous aussi, parce que j’ai l’impression que je n’ai pas été hyper claire ,( mais il y aurait beaucoup de chose à dire !).

 

* Blabla supplémentaire *

D’autres avis chez Petite Trolle, Herby, Kissifrot et Lune.

 

Entre dans le cadre des challenges :

challenge-summer-short-storiesPremière participation

 

100255191

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. c3ra1v0lta dit :

    Un coach à l’intérieur de mon corps? mmh ça ne me déplairait pas s’il ne s’agissait que de me dire ce que je dois faire pour perdre mes bourrelets :p ahah
    Non sérieusement, perdre toute notion d’intimité, ne pas pouvoir garder un coin de jardin secret et lever le voile sur tout… je dis non!
    J’ai bien entendu l’allusion faite aussi :) Certains sont prêts à abandonner toute liberté pour ce qu’on leur fait croire être la sécurité et le bien de tous et c’est pourquoi certaines lois passent aujourd’hui sans qu’il n’y ait de réactions d’ampleur…
    Notre monde va-t-il dans le mur? ^^ Bref, tout ça pour dire que ce titre a l’air bien sympa!

    • J.a.e_Lou dit :

      Oui hein, ça donne vraiment pas envie ! En plus, tu es noté et tout le monde voit ta note. Et plus elle est basse, plus ta réputation est mauvaise, etc.
      Si tu as l’occasion de le trouver en bibli ou librairie, n’hésite pas !

  2. MqlSz dit :

    Je ne connaissais pas et j’y jetterai peut-être un œil. La problématique a l’air intéressante, quelque part entre transhumanisme et dystopie.

    • J.a.e_Lou dit :

      Oui tu résumes bien l’idée du roman. Je trouve qu’il vaut le détoure, même si beaucoup ont été « gêné » par le côté froid japonais de l’écriture.

  3. Voilà qui est très intrigant !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :